Première rencontre avec les nouvelles de Zweig

by - 10 h 31 min 00 s

Amok de Stefan Zweig
Il y a de ces auteurs que l’on aurait souhaité découvrir plus tôt dans notre vie. Personnellement, j’aurais aimé qu’au cours de mes années d’étude quelqu’un me tende un ouvrage de Stefan Zweig et qu’il me dise : « Lis ça, c’est excellent ». Or, ce ne fut malheureusement pas le cas et ce n’est que dernièrement que j’ai mis la main sur une de ses nouvelles – la meilleure, jusqu’à présent, car c’est la seule que j’ai lue – nommée Amok.

Amok est un récit qui joue non seulement sur la narrativité, mais qui joue aussi dans notre tête. Cette nouvelle se présente d’abord comme étant l’histoire d’un homme, passager d’un bateau retournant en Europe, qui fait, lors d’une nuit d’insomnie, connaissance avec un étrange personnage sur le quai. Les deux hommes, dont l’un cache sa présence dans la pénombre, discutent à la belle étoile. Une tension quasi fantastique règne chez le duo qui partage un verre, se plongeant dans les événements qui les ont menés jusque-là. L’homme de l’ombre, visiblement nerveux et perturbé, se lance alors dans le long monologue qui finira par constituer le coeur de la nouvelle.

Médecin de formation, l’être mystérieux relate ce qu’il considère comme son expérience avec la maladie d’Amok, une condition qui se rapproche de la folie et qui atteint les habitants des îles. Une femme sera mêlée à son histoire, une femme qui, à elle seule, accentuera sa folie jusqu’à l’irréparable.

Je pense qu’il ne s’agit pas là d’un hasard si, un bon matin, j’ai décidé d’enfin lire du Zweig, de me procurer un exemplaire d’une de ses œuvres. J’étais en panne de lecture, j’avais besoin de me laisser bercer par un récit court, mais rocambolesque, qui ne me laisserait pas sur ma faim et dont le style m’enchanterait du début à la fin. Sans même le savoir, j’avais besoin de découvrir cet écrivain damné, tourmenté, hanté jusque dans ses mots, jusque dans le cœur de ses œuvres.

Un coup de cœur, une révélation.

Amok
Stefan Zweig
Le livre de poche (2013)
95 pages (+ un dossier)

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. Ayant fait mes études en allemand, c'était mon auteur préféré aussi, j'ai adoré Amok et je vous conseille Le joueur d'échecs, tout autant prenant !

    RépondreSupprimer
  2. J'adore l'allemand! Je prends ce titre en note! Merci beaucoup!

    Megan

    RépondreSupprimer