Réception: La librairie des Insomniaques de Lyne Gareau

by - 09 h 30 min 00 s

La librairie des Insomniaques de Lyne Gareau

Alors que je parcourais tout bonnement le no. 170 de Lettres québécoises, je suis tombée sur une critique de La librairie des Insomniaques de Lyne Gareau, livre que j’avais reçu il y a environ un mois dans ma boîte postale comme service de presse. Dilemme. Je me suis sincèrement demandée si j’allais lire cet avais avant ma lecture ou si j’allais tout simplement découvrir l’œuvre, puis y revenir. Fièrement, j’ai choisi la deuxième option. Je me suis lancée à la découverte de cette fameuse librairie « d’insomniaques » et j’ai plongé par le fait même dans cet univers imaginaire, à la limite du réel.

La librairie des Insomniaques se présente tout d’abord sous forme de roman contemporain. Un homme a de la difficulté à dormir la nuit, il parcourt donc les rues de sa ville pour tuer le temps. Alexandre, de son nom, finit par dénicher une petite librairie, visiblement ouverte à ces heures pourtant si tardives. Ne sortant de chez lui que pour subvenir à ses besoins les plus primaires, le protagoniste se proclame « ermite urbain ». Il semble avoir choisi, pour une raison toujours obscure, de vivre une vie simple, parsemée du minimum de contacts humains possibles. Or, la découverte soudaine de ce lieu enchanteur lui fait rencontrer de nouvelles personnes et lui amène de nouveaux problèmes. Il se prend subtilement à s’attacher à ces amitiés tout juste formées.

Plus le récit avance, plus l’univers se développe. Le lecteur réalise que les personnages ne se situent pas à l’époque actuelle, que de grands changements sociétaux sont survenus. Nous sommes dans un contexte futuriste. Cet arrière-plan vient soutenir le développement des personnages, motivant ainsi leurs actions. Sans jamais avoir de réponse claire, on comprend un peu mieux les raisons qui se cachent derrière les agissements étranges d’Alexandre.

Gareau maîtrise bien la narration en général. Ses descriptions sont très livides et bien mises en mots.  Or, j’ai décelé quelques faiblesses dans certains dialogues, quelques répétions et quelques phrases « toutes faites ». L’ensemble m’a semblé fluide. Je recommanderais certainement cette petite palette aux gens qui aiment les aventures à la limite du post-apocalyptique.

La librairie des Insomniaques
Lyne Gareau
Les Éditions du Blé (2017)
172 pages

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout. Le titre est très beau, de même que la couverture. Ça pourrait être intéressant. J'aime bien les récits post-apocalyptiques ou s'y approchant. Merci de la découverte, je le note!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci Alaska pour ton gentil commentaire! Il est vrai de dire que le titre a bien été choisi par l'auteure! Je te souhaite de découvrir et d'apprécier cette lecture qui m'a bien divertie! Au plaisir de te revoir sur ce blogue!

      Megan

      Effacer