Grand classique: Madame Bovary de Gustave Flaubert

09:34:00

Madame Bovary de Gustave Flaubert
Après avoir séjourné dans ma bibliothèque pendant plus de cinq ans sans être lu, mon exemplaire de Madame Bovary de Flaubert a enfin pris preneur. Je me souviens vaguement d’avoir tenté de lire ce roman au début de ma deuxième année de secondaire, mais de n’avoir absolument rien compris de toutes ces phrases qui défilaient sous mes yeux. Comme quoi il ne faut jamais forcer une lecture, et encore moins lorsqu’il s’agit d’une œuvre classique dont le moindre mot se doit d’être dégusté. Bref, ces deux dernières semaines je me suis glissée dans ces pages, dans le quotidien d’une femme dont le mal de vivre l’emporte sur tout le reste, dans la vie d’Emma Bovary.

Le roman est divisé en trois grandes parties. Les premiers chapitres nous relatent l’enfance et l’adolescence de monsieur Bovary, le futur époux de la protagoniste. Homme modeste provenant de la campagne, celui-ci, à la suite de longues études, parvient à se dénicher un poste de médecin dans une petite ville. Bien qu’il ne soit en aucun cas prodige ou excellent dans son domaine, il vit confortablement. Son premier mariage tombe en ruine rapidement et il se retrouve veuf. Mais un beau jour, Bovary est appelé d’urgence afin de guérir le père Rouault dont la jambe est cassée. Cet événement lui permet de rencontrer Emma, la fille de cet homme.

À ses débuts, Flaubert décrit Emma comme une femme dont les passions et les aspirations sont multiples. Sa beauté, ses cheveux noirs et sa peau translucide font d’elle un être exquis, désirable. Aucune surprise donc lorsque Charles lui propose sa main qu’elle accepte sans réfléchir. Les effluves du mariage se font ressentir, le désir et la passion sont bien là. Ensemble, ils quittent la ferme et s’établissent dans une petite municipalité.

Très vite, Emma est prise d’ennui. L’amour dont elle avait tant espéré se révèle à n’être qu’illusion. Elle prend des amants qui eux aussi finissent par la décevoir ou par lui briser le cœur. La maladie s’empare d’elle, son mal d’être est toujours plus présent. La mélancolie finit par mener Emma au suicide, à cette mort qu’elle convoitait tant.

Même si la lecture de ce roman est longue et parfois lourde, particulièrement pendant la première partie, je comprends pourquoi l’on considère cette œuvre comme l’un des grands classiques de la littérature française. La plume de Flaubert est tout en subtilité. Ses phrases glissent et s’emboitent les unes aux autres. Les mots s’apparentent à une mélodie lorsque lus haut et fort. Toutefois, c’est l’incroyable profondeur de chaque personnage qui m’a impressionnée. C’est dans la subtile, mais trop forte simplicité de Charles qu’Emma puisait son ennui. Dans le confort et dans la routine, madame Bovary se voyait incapable de vivre. La complexité de son être et de son âme allait en complète contradiction avec l’homme qui partageait sa vie. Aussi, les personnages secondaires comme le pharmacien monsieur Homais étaient forts pour leur critique sociale et de l’Église. Cette vision était plus qu’avant-gardiste à l’époque, mais Flaubert n’a pas hésité à présenter ce genre de réflexions dans ses écrits.

En somme, il va sans dire que la lecture de Madame Bovary en valait la peine. Autant d’un point de vue sociologique que d’un point de vue littéraire, cette œuvre est incroyablement précieuse.

Madame Bovary
Gustave Flaubert
Folios (2013)

446 pages

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  1. C'est l'un de mes classiques préférés, cette femme cherche juste un peu de reconnaissance, elle est très touchante.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Très vrai! Il se classe pour moi aussi dans mes classiques préférés!

      Effacer
  2. Ce livre est extrêmement riche, je l'ai lu il y des années, mais il continue de me faire réfléchir... Quand j'aurais un peu avancé ma PAL, je le relirais bien, tiens :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Riche, tu dis! Eh oui! Je pense aussi le relire plus tard!

      Effacer

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook