Théâtre: Cinéma de Mishka Lavigne

09:02:00

Cinéma de Mishka Lavigne

Ah le théâtre! Plus j’en lis, plus j’ai envie d’en écrire! Cette magnifique forme brève, concise, qui focusse sur la puissance des dialogues, j’adore! Mon amour pour ce genre a été servis lors de ma lecture de Cinéma de Mishka Lavigne, une réception des éditions franco-ontariennes Les Éditions L’Interligne.  

Le récit débute par sa fin : Xavier est devant Lara. Xavier ne veut pas le faire. Lara négocie : tout le monde a un prix. Détonation.

Ensuite, on suit la vie de Lara, ses rencontres avec plusieurs hommes différents dans des situations de la vie quotidienne. Honnêtement, on se demande où l’auteure veut nous mener avec toutes ces histoires qui n’ont pour seul point commun : Lara. Celle-ci est en mal de vivre. Dotée d’une imagination sans limite, les scénarios qu’elle se crée finissent souvent de façon plutôt glauque. Elle a des tendances suicidaires. À travers ces récits, Xavier fait quelques petites interventions la ramenant à l’ordre.

La finale met tout en place. En effet, on réalise que Lara a engagé Xavier afin de jouer des « rôles » dans sa vie. Dans chacune des situations décrites plus tôt, on avait affaire à un personnage incarné par celui-ci dans le but de remplir un contrat. Une relation est tissée entre eux malgré le déni de Lara. La dernière scène se voit donc beaucoup plus difficile à jouer…

Cette pièce de théâtre suit un schéma narratif incroyable. L’auteure sait garder le lecteur/spectateur dans un brouillard total jusqu’aux dernières lignes. Son style est également très littéraire. Ses dialogues sont forts et chargés de sens.

Lara : J’ai laissé des étrangers me donner des caresses pour sentir l’amour universel.

De plus, le fait que la pièce ne comporte que deux personnages (avec plusieurs facettes) permet un attachement très fort et un bon développement de la psychologie de ceux-ci.

Il va sans dire que j’ai adoré ma lecture (qui n’a duré malheureusement que deux petites heures). La découverte de cette auteure talentueuse me donne envie de me jeter sur ses autres compositions.

Cinéma
Mishka Lavigne
Les Éditions L’Interligne (2016)
156 pages 

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook