Réception: La mort est ma maison de Florence Meney

by - 10 h 32 min 00 s


La mort est ma maison de Florence Meney

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai réalisé que La mort est ma maison de Florence Meney était non pas un roman, mais un recueil de nouvelles! Pour ceux et celles qui me suivent depuis un petit moment déjà, vous savez que cette session je suis le cours Nouvelle et autres genres narratifs et que de la nouvelle, j’en lis plus qu’il n’en faut! Enfin, je ne me suis pas trop découragée, car c’était tout de même un peu policier et sanglant. J’ai donc tout simplement débuté ma lecture sans trop me casser la tête.

Sans aller dans trop en détails, La mort est ma maison regroupe plusieurs courts récits mettant à l’avant-plan le côté glauque qui sommeille dans chacun de nous. De trois vieillards ermites qui finissent par s'entre-tuer à un professeur qui se « débarrasse » de l’élève le moins performant chaque année et à un journaliste intransigeant qui se voit pris à son propre jeu, tous présentent une facette sombre de personnages ordinaires en apparence.

Vers la fin de l’œuvre, quelques nouvelles tombent même dans la science-fiction. L’auteure imagine notamment une société où la femme domine et où l’homme se retrouve la plupart du temps castré. N’étant pas fan de ce genre littéraire, j’ai tout de même apprécié le style de Florence Meney. En effet, sans grande envergure, ses phrases sont claires et percutantes. Elle va droit au but.

Certaines chutes étaient plus prédictibles que d’autres. Toutefois, la grande majorité de ses textes offrait un moment de réflexion « post-lecture » à son lecteur. Les fins ouvertes et la psychologie de ses personnages habilement développée permettaient de se créer ses propres conclusions, ce que j’ai beaucoup aimé.

Encore merci au groupe Librex pour ce livre léger et divertissant!

La mort est ma maison
Florence Meney
Expression Noire (2017)
191 pages 

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires