Coup de ♥: Toutes les fois où je ne suis pas morte de Geneviève Lefebvre

09:46:00

Toutes les fois où je ne suis pas morte de Geneviève Lefebvre

Dans le cadre de mon nouveau partenariat avec le groupe Librex, j’ai eu la chance de lire, dès sa sortie, le dernier roman de Geneviève Lefebvre Toutes les fois où je ne suis pas morte. Un titre assez long, mais qui résume très bien l’essence du livre, sa ligne directrice.

Le récit se déroule trois jours après les fameux attentats du 13 novembre 2015 qui ont eu lieu à Pairs. Après avoir été larguée par son copain, Catherine, écrivaine, quitte la ville de Montréal et va rejoindre Matt, un journaliste engagé qui lui fait également office d’amant à distance, en Belgique. Ceux-ci avaient imaginer toutes sortes de scènes de retrouvailles, pourtant rien ne se passe comme prévu. C’est un véritable désastre.

Comme la ville qu’elle habite pour une semaine, Catherine est une femme brisée ; brisée par des relations compliquées, par des pertes importantes, par des abus physiques, bref brisée par la vie. Or, malgré tout ce qu’elle a vécu, elle n’est pas morte. Et chaque fois, celle-ci parvient tant bien que mal par s’en sortir.

Parallèlement à tout cela, au même endroit, un jeune homme planifie un attentat terroriste. Confiné en attendant le moment opportun, prêt à faire de lui un kamikaze, celui-ci réfléchit à ce qu’aura été sa vie, après tout. À la gare, un beau jour, il croise le regard de Catherine et, à partir de cet instant, ne cessera d’être hanté par ce dernier.

Ce roman fut un véritable coup de cœur ! Dès les premières pages, on plonge en plein cœur de l’action et on rencontre Catherine dans une situation de vulnérabilité ce qui nous en dit long sur le personnage. Plus l’histoire chemine, plus cette femme attire notre compréhension et notre respect. L’intrigue, quant à elle, est à la fois très moderne et originale. On sent que l’auteure, Geneviève Lefebvre, a mis beaucoup de sien dans l’écriture de ce roman. Le style est recherché, personnel et les référents sont nombreux.

La narration de cet ouvrage est époustouflante. On navigue entre le « je » et parfois même le « tu » de Catherine, le « je » de Malik (jeune terroriste en devenir) et un narrateur omniscient. Cela permet d’obtenir un point de vue très complet, parfois subjectif et parfois objectif.

Un livre que je recommande non seulement pour la beauté du message véhiculé, mais également pour l’écriture magnifique de l’auteure québécoise Geneviève Lefebvre.

☆☆☆☆
Toutes les fois où je ne suis pas morte
Geneviève Lefebvre
Éditions Libre Expression (mars 2016)
320 pages

Procurez-vous le dès maintenant (Il en vaut le coup!):

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. Très à la mode ce "tu". Je lis présentement Peggy dans les phares et même procédé.
    Idem dans L'autre qu'on adorait.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Dans La femme qui fuit également! Un type de narration qui me plaît assez bien!

      Effacer

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook