Réception: Toute la lumière que nous ne pouvons voir d'Anthony Doerr

14:17:00

Toute la lumière que nous ne pouvons voir d'Anthony Doerr

J’ai l’honneur de vous présenter mon coup de cœur de l’année 2016 : Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony Doerr, un auteur américain. Merci à Hachette Canada pour l’envoi de ce petit bijou de la littérature moderne !

Le récit se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale (vous commencez à me connaître !) en France et parallèlement en Allemagne. On suit deux personnages principaux : Werner, un jeune orphelin extrêmement intelligent qui se passionne pour la science et plus particulièrement pour tout ce qui touche aux ondes et Marie-Laure, une fillette aveugle, curieuse et débrouillarde dont le meilleur ami est son père.

Werner et sa petite sœur Jutta vivent dans un orphelinat mené par une grande femme nommée Frau Elena. Tous les garçons qui y habitent sont voués à aller travailler à la mine jusqu’au jour où la guerre se prépare et que certains d’entre eux sont choisis pour aller au front. Werner fabrique et répare des postes de radios. Un jour, son travail est remarqué et il est envoyé dans une école spéciale qui se retrouve à être un camp des Jeunesses Hitlériennes.

Marie-Laure n’a pas toujours été aveugle. Dans son enfance, elle visitait régulièrement le musée d’histoire naturelle dont son père était le serrurier. Celui-ci avait construit une maquette du quartier à sa fille afin qu’elle puisse se déplacer à son aise. Chaque année, pour sa fête, il lui construisait des casse-têtes en bois dans lesquels se retrouvait ses cadeaux d’anniversaire. À l'aube de la guerre, le père de Marie-Laure s’est vu confié une importante mission par les dirigeants du musée : emporter avec lui l’Océan des flammes, un énorme diamant bleu d'une valeur impressionnante. Il n'est pas le seul: trois autres hommes se sont vu attribuer la même tâche. Or, seul un des trois diamants est le vrai. Selon la légende, ce diamant rendrait immortel celui qui le possède, mais mènerait à la perte de tous ceux qu’il aime.  Le précieux objet en poche, lui et sa fille quittent leur appartement de Paris. Pendant la guerre, ils se retrouvent à habiter chez Étienne, le grand-oncle de Marie-Laure reconnu pour sa quasi folie.

Sans en dire trop, l’œuvre de Doerr a été pour moi une magnifique découverte. On y parle de l’enfer de la guerre et d’enfances gâchées par des conflits qui les dépassent. L’aveuglement physique et plutôt métaphorique de Marie-Laure nous montre bien que face à de telles situations, mieux vaut fermer les yeux, mieux vaut espérer un monde meilleur. Un monde où les barbaries et la haine n’existent pas. De son côté, le personnage de Werner apporte la compréhension, le pardon. Tous ces jeunes hommes, toutes ces vies endoctrinées dès l’enfance. La faute ne leur revient pas, ils sont eux aussi des victimes.

Tout ce qui se retrouve dans ce récit se tient. Du début à la fin, j’y ai cru. Les descriptions sont envoutantes et jamais trop lourdes. On ne reprend son souffle qu’à la toute fin de ces 700 pages. Il s’agit là d’une lecture nécessaire, pour les amateurs d’histoire ou non. Voilà plusieurs mois qu’un roman m’avait autant bouleversée.

Vous avez aimé L’élégance du hérisson de Muriel Barbery et La part de l’autre d’Éric-Emmanuel Schmitt ? Vous adorerez Toute la lumière que nous ne pouvons voir.

☆☆☆☆☆
Toute la lumière que nous ne pouvons voir
Anthony Doerr
Éditions Albin Michel 2015

697 pages

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook