Les familles combattent le fascisme!

10:26:00

Les familles combattent le fascisme de Jacob Wren

À la suite d’une petite commande en ligne auprès des éditions Le Quartanier, j’ai reçu non pas un, mais deux livres ! Un petit cadeau pour se faire pardonner leur retard ! À mon grand bonheur ! Puisque la lecture de La maison pâle de Luke McCallin est assez longue, je vous offre cette semaine ma chronique de la nouvelle Les familles combattent le fascisme ! d’un auteur canadien anglophone nommé Jacob Wren. Une belle découverte pour moi qui ne connaissait pas du tout cet auteur.

Ce très court récit d’une cinquantaine de pages se lit d’une traite (19 minutes de lecture intense dans mon cas). On y raconte l’histoire d’une famille accueillant un théoricien du complot à leur domicile. Pourquoi ? On ne le sait pas. Celui-ci vit avec eux. Il participe à quelques conversations, toujours pour démontrer son mécontentement ou pour exposer son avis sur certains sujets relatifs à la politique. Le capitalisme d’aujourd’hui serait le fascisme de demain. Ses opinions diverses et tranchantes alimentent les argumentations au sein de la famille. Puis, un jour, il disparaît. Un coup de téléphone au père nous apprend qu’il se sent poursuivi. Cet être sans nom, cet être anonyme, mentionne une camionnette blanche. Il est persuadé qu'il a été mis sur écoute et qu’il est en grand danger. Sans plus de nouvelles de sa part, la famille l'oubli petit à petit. 

La fille part vivre en Europe, prétendant s’y sentir plus en sécurité. Les parents restent, mais cachent leur argent craignant l'effondrement des banques. Un jour, ils apprennent que leur fille est à New York. Qu’y fait-elle ? En fait, une idée germe dans sa tête. Se présenter aux élections. Elle qui ne s’est pourtant jamais réellement intéressé à cet univers. Parallèlement, l’homme disparu, toujours paranoïaque, craint encore cette fameuse camionnette. Ce récit se termine sur cet authentique personnage prenant son courage à deux mains et décidant d’affronter sa peur : s’approcher du véhicule, aborder les conducteurs aux lunettes fumées et objectivement leur demander s’il peut voir ce qui se cache dans leur camionnette.

Le Quartanier m’impressionne toujours par la qualité, l’intensité et l’originalité des textes qu’elle publie. J’ai trouvé que cette nouvelle portait à la réflexion quant au capitalisme et à ses effets. Dans un sens, l’argent, lui seul, dirige ce système. Ainsi, cela accorde uniquement du pouvoir à ceux qui en possèdent. Il est donc possible de tomber dans des excès et peu à peu, le fascisme a la chance de se tisser une place au sein de notre société. On retrouve également dans ce livre une vision intéressante de la paranoïa croissante vécue par les pays occidentaux. Toujours à craindre le pire, à croire aux théories les plus farfelues et à s’empêcher de vivre au profit de ouï-dire improbables. Comme on peut le voir dans cet écrit de Jacob Wren, la peur ne mène à rien sauf à notre perte. On doit faire face à l’inconnu la tête haute et voir les choses pour ce qu’elles sont plutôt que pour ce que nous croyons qu’elles pourraient être.

En résumé, je suis bien heureuse d’avoir reçu cette petite nouvelle en cadeau avec Ristigouche d’Éric Plamondon que je vous présenterai éventuellement sur le blogue. Pour les amants de lecture instructives et légères !
☆☆☆☆

Les familles combattent le fascisme !
Jacob Wren
Le Quartanier (2013)
48 pages

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook