Les femmes et la prison: Écorchées

09:40:00

Écorchées de Sylvie Frigon

Après la longue et bouleversante lecture qu’a été Le journal d’Anne Frank, je me suis plongée dans un minuscule roman (question d’alléger le tout) : Écorchées de Sylvie Frigon. Il s’agit en fait d’une œuvre de fiction très fortement inspirée de situations et de personnes réelles : des femmes du milieu carcéral québécois. Avec sa formation de criminologue, l’auteur de ce roman sait de quoi elle parle, elle l’a vécu.

Je me suis assise, j’ai ouvert ce roman. À peine une heure trente plus tard, je le déposais sur le coin de mon lit. Je l’avais terminé et j’étais bouleversée. Un roman qui se lit en coup de vent, mais qui fait plutôt l’effet d’un coup de poing. On y raconte le récit de plusieurs femmes incarcérées. D’une jeune junkie prénommée Juliette qui ne cesse de récidiver malgré le désespoir de son jeune fils Maxime, de Johanne, une femme battue qui a tué son mari pour sauver ses enfants, jusqu’à une jeune intervenante qui redoute les détenues lors de ses premiers jours. On y dépeint leurs existences et leurs vies qui se côtoient tous les jours sans jamais se croiser. On nous offre un plongeon directement dans leurs têtes, dans leurs sentiments (parce que oui, elles en ont !) et dans leurs déboires.

Ce qui frappe particulièrement, c’est de constater que certaines femmes sont mieux entre quatre murs barricadés que lorsqu’elles sont dehors, dans le monde. Elles reviennent volontairement chercher de l’aide, un toit, un endroit pour penser, pour manger. Est-ce une façon de vivre ?

Le récit est tellement vrai et les mots le sont aussi. Le tout est en bon québécois, comme on dirait. Les mots sont francs, secs, courts et percutants. L’effet est bien là. Je ne crois pas que l’auteur de ce texte recherchait à créer une œuvre de littérature, mais plutôt à émettre un message. Un message transmissible à tous ceux et celles qui le désirent, un message accessible. À ce niveau, c’est réussi haut la main !

Drôlement, l’ensemble et la forme du texte m’ont beaucoup rappelé l’émission québécoise Unité 9. On y retrouvait le même genre de vocabulaire, le même genre d’informations. J’ai trouvé intéressant de confirmer certaines réalités qu’exprimaient les deux œuvres conjointement.

Parsemé de pensées et de poésie, Écorchées nous redonne envie de croire en ces femmes, en leur force et en leur persévérance. Une œuvre qui fait réfléchir. Un bien pour un mal, ou plutôt un bien à propos d’un mal.

Comme quoi au Québec et au Canada, ‘’l’enfer carcéral’’ n’est probablement pas le mot juste pour définir ce dont il est question. Il serait plus exact d’utiliser le terme ‘’enfer cérébral’’… Car c’est à l’intérieur que ces femmes souffrent et ce, sans jamais le montrer.

Prendre le temps de lire ce roman, c’est de prendre le temps de comprendre un monde redouté, un monde isolé.

☆☆☆
Écorchées
Sylvie Frigon
Éditions du remue-ménage (2009)
91 pages

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook