La secte des égoïstes

14:26:00

La secte des égoïstes

En 1994, mon auteur préféré, Éric-Emmanuel Schmitt, publiait son tout premier roman : La secte des égoïstes. L’égoïsme, le fait de rapporter tout à soi, c'est le sujet qu'on abordait dans cette histoire.


Qui n’a jamais cru au moins une fois dans sa vie qu’il était seul sur cette terre ? Que tout ce qui l’entourait avait été créé dans l’unique but de répondre à ses propres besoins, à ses propres désirs ? Tout le monde est déjà passé par là, sans exception. Après tout, qu’est-ce qui nous prouve qu’une chose existe si nous ne l’avons jamais vu de nos propres yeux ? Rien.

Un jour, un chercheur épuisé et souhaitant se distraire de son  travail, tombe sur un document mentionnant un certain Gaspard de Languenhaert. Ce dernier prône une philosophie bien particulière : celle de l’égoïsme. Il est persuadé être le Créateur de l’univers, que tout n’est que sensation et que rien n’est matière. La vie des autres et des objets ne seraient que le fruit de son imagination, rien de plus. Tout au long du récit, l’historien est à la recherche de documentation le concernant et concernant ses théories. Il en est complètement absorbé. Or, il semblerait que ce certain Gaspard soit presque totalement disparu de la carte. Seuls des écrits de source peu fiables relatant de courts passages de sa vie ont survécus les nombreuses années qui se sont écoulées.

Cet écrit de Schmitt m’a un peu déçue. Probablement, car je m’étais déjà forgé une idée très précise de ce que je voulais que soit ce roman et que ce ne l’était pas. Je m’attendais à un genre de complot, à une vraie Secte des égoïstes, vous voyez. Quelque chose d’underground, un groupe de penseurs un peu dingue. Mais bon, il s’agissait plutôt de l’exposition de la philosophie de Gaspard de Languenhaert, ce qui était tout de même assez satisfaisant.

Éric-Emmanuel Schmitt a une très belle plume, il faut le dire. C’est en partie pourquoi il se retrouve dans mon top d’auteurs favoris. J’aime aussi beaucoup son style : l’introspection des personnages est souvent mise à l’avant dans ses romans. L’aspect psychologique y est toujours très présent. La Secte des égoïstes misait un peu plus sur la religion, ce que j’ai moins apprécié.

En effet, vers la fin du roman, ce dernier a pris une tournure très religieuse. On y parlait beaucoup de Dieu et du Créateur. Je pense que l’histoire aurait bien pu s’en passer et s’en tenir à la philosophie du personnage. La ‘’presque’’ disparition du narrateur m’a aussi affectée. Je me suis plus attachée à ce fameux Gaspard qu’au chercheur et à sa propre vision du monde. La fin de l’histoire aurait été plus puissante et plus crédible si on avait pris le temps de développer un peu plus ce personnage clé du récit.

En conclusion, on peut facilement excuser la déception par le manque d’expérience. Schmitt en était à son tout premier roman. Pourtant, il était déjà en mesure de pousser ses réflexions très loin tout en en créant une histoire cohérente, ce qui est déjà un défi en soi. 

Une lecture qui se lit super bien, à considérer !

☆☆☆
La secte des égoïstes
Éric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel (1994)

125 pages

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  1. Je comprends ta déception par rapport aux attentes de ces auteurs préférées. Comme toi, je concidère toujours quand est ce qu'il a été écrit quand je pose une chronique et j'essaie de retirer les points positifs comme négatifs. Je n'ai encore jamais lu l'auteur. Tu commencerais par quoi si tu devais te lancer? Jolie chronique.
    Merci pour ton passage sur mon blog. :) A bientôt.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Bea285! Tout d'abord un gros merci pour ton agréable commentaire! Pour ce qui est de ma suggestion quant à ta première lecture d'Eric-Emmanuel Schmitt, je te conseillerais soit La Part de l'autre soit Les deux messieurs de Bruxelles. Si tu es une grande lectrice et que tu aimes les longs romans, La Part de l'autre te conviendra parfaitement et tu n'en seras pas déçue! Si par contre, tu aimes mieux la légèreté et les écrits qui se lisent en moins de deux le recueil de courtes nouvelles Les deux messieurs de Bruxelles te présenteront assez bien le style de l'auteur!

      Au plaisir,
      Megan

      Effacer

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook