auteur

Apprendre à écrire par la lecture

11:25:00


En parcourant le web à la recherche d’excellents essais sur la littérature et sur l’écriture de fiction, je suis tombée sur une panoplie de petites merveilles dont Reading like a writer, une œuvre de l’auteure à succès Francine Prose (voyez la drôle de coïncidence entre son nom et sa profession!). Je n’avais pas de très hautes attentes vis-à-vis cet ouvrage : j’étais convaincue qu’on allait simplement me vendre les bienfaits de la lecture et que le tout allait être plutôt répétitif. Toutefois, à mon grand étonnement, l’angle singulier abordé par l’auteure m’a conquis dès les toutes premières lignes!

Dans son essai, Prose décortique un par un tous les éléments clés d’un bon roman : les mots, les phrases, les paragraphes, la narration, les personnages, etc. Dans un ordre logique, elle amène son lecteur à porter attention à la façon dont les mots sont choisis, disposés, assemblés. Écrire est un travail conscient, méticuleux. Très peu de choses sont laissées au hasard. On y apprend qu'en analysant ainsi la structure même de nombreuses œuvres à succès, les livres nous forment en tant qu’écrivain.

Reading Like a Writer, c’est avant tout, à mon avis, une immense démonstration de respect et d’amour pour la littérature classique de la part de Prose. En effet, celle-ci supporte toutes ses idées avec des exemples de grands auteurs tels que Tchékhov, Flaubert, Zola, Carver, Austen, Fitzgerald, et plus encore. Si vous n’êtes pas très enjoué à l’idée de lire de telles œuvres puisqu’elles vous semblent hors du temps ou encore trop complexes, Reading Like a Writer sera en mesure de vous faire comprendre leur importance et bien sûr, de vous faire découvrir l’ampleur de leur beauté.

Pour vous donner une idée, tellement j’ai été captivée par cette œuvre et que j’y ai trouvé de l’inspiration, j’ai dû me créer un nouveau fichier Excel nommé « À acheter » à la suite de ma lecture.

Malheureusement, ce livre n’est à ce jour disponible qu’en anglais. Pourtant, si cela peut vous rassurer, l’ensemble est assez simple à comprendre et les termes choisis sont sans grande complexité.

Une œuvre nécessaire à tous les écrivains en devenir et passionnés de lecture. Plus qu’une recommandation: un livre à posséder dans sa bibliothèque personnelle et à consulter régulièrement!


Reading Like a Writer – A guide for people who love books and for those who want to write them
Francine Prose
Harper Perennial (2007)
273 pages

alessandro baricco

Article spécial: Baricco, mon auteur favori ♥

11:31:00


Youpi ! C’est les vacances !
Enfin le beau temps qui se pointe le bout du nez ! Dans cet élan de liberté et de joie immense d’avoir enfin fini les cours, j’avais envie de vous présenter mes deux plus récentes lectures d’un auteur dont je raffole : Alessandro Baricco. Depuis que je l’ai découvert il y a de cela quelques années seulement, je ne peux m’empêcher de dévorer tout ce qu’il publie. Cet auteur italien crée des œuvres que je décrirais comme contemporaines. La psychologie de ses personnages est toujours finement développée. En effet, en présentant des histoires assez simples, ce sont ses personnages plutôt inopinés et leur histoire qui ressortent, qui frappent. Jamais, au grand jamais, Baricco ne met les pieds dans la caricature.

Ce mois-ci, j’ai eu la chance de me replonger dans l’œuvre qui m’a fait découvrir cet écrivain : Novecento : pianiste. Dans cet ouvrage très bref de moins de cent pages, on raconte la vie de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento, un homme qui est né sur un bateau et qui n’a jamais mis les pieds sur la terre ferme. Toute sa vie, celui-ci a navigué sur l’océan Atlantique. Son continent, c’est l’océan, c’est tout ce qu’il n’a jamais connu. Entre temps, Novecento se trouve un talent : le piano. Il rejoint l’orchestre de la croisière et devient rapidement une légende. Ce qu’il joue n’a rien de connu, mais c’est magnifique. À travers un monologue à la fois poétique et philosophique, Baricco nous transporte dans son univers métaphorique.

La force de Baricco, c’est à la fois la beauté de son langage et la pureté de ses personnages. Les descriptions qu’il fait de l’eau, de la mer et de l’océan et ce, dans toutes ses œuvres, sont tellement portantes qu’elles renversent. Océan mer en est le parfait exemple.

Grâce à mon copain, j’ai également mis la main sur Soie de ce même auteur. Un roman qui me rappelle les Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar. Hervé Joncour, le personnage au cœur du récit achète et entretient des vers à soie afin d’en faire le commerce. Un jour, une épidémie survient et celui-ci doit se rendre au Japon afin de s’en procurer des larves saines. Au cours de ses quatre expéditions, Hervé risque sa vie. Même s’il est marié, là-bas, celui-ci est charmé par une femme qui le hantera jusqu’à la fin de sa vie.

D’une beauté incroyable, ce roman/ conte est plein de rebondissements et de réflexions sur l’amour. Toujours dans une lignée poétique, Baricco présente une sensibilité pour le beau, pour la vie, dans tous ses ouvrages.

Bref, Alessandro Baricco ne m’a jamais déçue. Lorsque je souhaite passer un bon moment de lecture, je m’arme d’un de ses livres et je suis comblée.

Soie
Alessandro Baricco
Folio (1997)
142 pages

Novecento : pianiste
Alessandro Baricco
Folio (1997)
84 pages

désert

Réception: La nuit de feu d'Éric-Emmanuel Schmitt

06:51:00

Une fois de plus, je remercie grandement Hachette Canada pour leur envoi d’un bijou de mon auteur préféré : La nuit de feu d’Éric-Emmanuel Schmitt. Fraîchement sorti en format de poche, ce récit à la fois autobiographique et philosophique a conquis mon cœur de lectrice.

Dans ce court ouvrage, Schmitt raconte, dans un style très littéraire, son voyage dans le désert au Sud de l’Algérie. Face à une culture et à des croyances complètement différentes de tout ce qu’il a toujours connu, celui-ci remet sa propre façon de voir le monde en question. Philosophe de profession et athée par le fait même, dans le désert, tout est différent : Dieu est omniprésent. Les nuits l’ont d’abord terrifiées, le vide aussi, mais un jour, Dieu s’est joint à lui.

Que l’on soit croyant ou non, cette œuvre est magnifiquement belle. Que l’on soit d’accord avec les réflexions de Schmitt n’a pas d’importance. Ce qui donne tout le cachet à ce récit, c’est la façon dont l’auteur a de jouer avec les mots, avec les images et les sens. Non seulement notre lecture nous emporte, mais elle nous mène ailleurs, dans le désert. On comprend ce qu’il ressent, sa détresse, son envie de comprendre l’infini qui se trouve sous ses yeux. Mais on comprend aussi l’importance du respect et de l’acceptation des autres peuples. La question du ou des Dieux ou encore de l’absence de celui-ci ne peut pas être la source de conflit entre les hommes, elle se doit de les rapprocher, d’engendrer une conversation.

Aux côtés d’un homme dont il ne comprend par une syllabe de son langage, Schmitt dialogue. Le désert les unit, leur condition d’homme aussi. L’un reflète l’autre. En s’adressant à ce résidant du désert, Schmitt ne se parle qu’à lui-même. Il fait face à ses convictions, à ses propres valeurs.

La nuit de feu est une œuvre profonde, touchante. Éric-Emmanuel Schmitt n’aurait pas pu créer un récit plus personnel, plus bouleversant. Un ouvrage qui nous met dans tous nos états et qui apporte des pistes de réflexion aux questions qui resteront toujours sans réponse.

La nuit de feu
Éric-Emmanuel Schmitt
Le Livre de Poche (2017)
187 pages 

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook