amour

Nouvelles: Parlez-moi d'amour de Raymond Carver

08:59:00



Parlez-moi d’amour de Raymond Carver est un recueil de nouvelles portant principalement sur le thème de l’amour (et de ses dérivations). Je dis aux femmes qu’on va faire un tour est une de mes préférées. On y retrouve deux couples d’amis dont les maris sont très proches. Lors d’une de leur rencontre, les hommes décident de sortir prendre une marche. Très vite, on découvre qu’un lien étrange les unis, un lien plutôt… inquiétant. Ceux-ci se retrouvent alors dans une situation qui les amènera à sortir leurs squelettes du placard.

Bingo, quant à elle, met en vedette un couple de personnes âgées dont le passe-temps est d’aller au Bingo, or ce soir-là, tout se passe mal. Ils arrivent en retard et leur table habituelle est déjà prise par un jeune couple. L’homme est en colère. Il ne cesse de les injurier et de les accuser de tricher. Édith, la femme, semble préoccupée. Elle fait allusion à du sang qui coule. On s’imagine qu’elle est malade sans toutefois en avoir la confirmation. Le traitement que fait l’auteur du thème de l’amour platonique des vieillards versus de l’amour passionnel du jeune couple porte à réflexion.  

La plume de Carver est intéressante : il utilise des phrases courtes et très claires, mais pleines de sous-entendus. Ses personnages en savent beaucoup plus que ses lecteurs. Certaines de ses nouvelles ont une fin ouverte, d’autres n’en ont pas du tout. Ce qui est sûr, c’est que ses récits nous tiennent en haleine jusqu’au dernier mot sans que l’on puisse expliquer pourquoi.

Raymond Carver est un maître dans l’art de la nouvelle. Si vous désirez découvrir cet auteur, je vous recommande fortement cet ouvrage. Un petit deux heures de lecture qui ne sera pas perdu.

Pour un moment de lecture plutôt léger, mais qui fera tout de même travailler vos neurones en temps et lieu : Parlez-moi d’amour figure parmi les meilleurs recueils que j’ai lus cette année aux côtés de Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar.

☆☆☆
Parlez-moi d’amour
Raymond Carver
Éditions de l’Olivier (Points 2010)
184 pages

bande dessinée

BD: Suite française adapté par Emmanuel Moynot

09:42:00


Grande surprise ! Voici ma toute première chronique de BD! Eh oui! Il s’agit d’un genre d’ouvrage que je ne lis que très rarement or, j’ai récemment pris goût à ceux-ci que je trouve légers et extrêmement rapides à lire.

Les éditions Gallimard, responsables des éditions de poche Folio, ont, il y a quelques années seulement, commencé à distribuer des bandes-dessinées au format portatif. J’ai su mettre la main sur Suite française, une adaptation d’Emmanuel Moynot du roman homonyme d’Irène Némirovsky. Cette BD à couverture souple et d’une grosseur parfaite pour le transport possède le même genre de couverture et de graphisme que les folios originaux, petite particularité qui m’a attirée au premier coup d’œil.

Comme dans la version romancée, cet ouvrage met en vedette la vie de certaines familles françaises à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Irène Némirovsky, qui a elle-même vécu la guerre et est morte dans un camp de concentration, a tenté de représenter la réalité du pays en ces temps plutôt difficiles.

Les Péricand, les Michaud et les Corte; tous tentent de fuir l’invasion des Allemands séparément. Les uns ont des maîtresses exigeantes, les autres des jeunes fils attirés par le front et certains vivent dans le luxe, les yeux fermés devant l’ombre de la guerre qui les pourchasse. Il arrive que leurs destins se croisent, sans plus.


L’aspect graphique de la bande-dessinée est plutôt réussi. Pourtant, on a parfois de la difficulté à bien cerné l’image et à bien comprendre ce qui vise à êtres véhiculé. De plus, l’utilisation du noir et blanc fait en sorte que la distinction des personnages devient une tâche ardue.

Du côté de l’histoire, le tout est plutôt incohérent. La guerre est plus un sous-thème que le sujet de l’histoire. On est seulement concentrés sur les personnages et plus ou moins sur l’aspect politique de la chose. Vous me connaissez, j’aime beaucoup les œuvres abordant la Deuxième Guerre mondiale or, je n’ai pas été impressionnée par le bagage que ce roman graphique m’offrait. De plus, même si ces personnages étaient très présents, on ne s’y attachait pas réellement.

Ne vous inquiétez pas, malgré cette critique plutôt négative de l’œuvre d’Emmanuel Moynot, j’ai bien l’intention de vous offrir d’autres avis de BD (si bien sûr il s’agit de quelque chose qui vous intéresse).

Petite déception, l’œuvre Suite française m’a laissé indifférente.

Suite française- Tempête en juin
Emmanuel Moynot
D’après le roman d’Irène Némirovsky
Folio (2015)
220 pages

biographie

L'énigme du retour de Dany Laferrière

11:11:00


L’énigme du retour de Dany Laferrière raconte la vie d’un homme de 23 ans qui s’exile d’Haïti, son pays natal, afin d’aller s’installer au nord, à Montréal. Une trentaine d’années plus tard, celui-ci reçoit un fameux coup de fil lui annonçant le décès de son père. Un homme dont il n’a pas le moindre souvenir, un homme qu’il n’a jamais connu.

De Montréal, il se retrouve à New York pour les funérailles de son père. Puis à Port-au-Prince où il devra annoncer la triste nouvelle à sa mère qu’il a quitté depuis si longtemps. Des retrouvailles avec son pays d’origine qui seront plutôt déstabilisantes. Rien n’a bougé : la misère fait toujours rage. Un touchant récit mettant l’accent sur la réalité de l’exil.

« Pour la majorité des gens d’ici
L’au-delà est le seul pays
Qu’ils espèrent visiter un jour. »

Mélangeant haïkus, parties romancées et parfois même autobiographiques, Dany Laferrière, par le biais de L’énigme du retour, nous fait voyager au cœur d’un pays dont on parle trop peu, d’un peuple dont les déboires ne cessent de se cumuler. Une réflexion s’impose : en faisons-nous assez pour leur venir en aide ? Essayons-nous de les comprendre ou nous contentons nous de les accueillir ? Ce roman nous ouvre les yeux sur une culture qui n’est pas la nôtre; qu’elle soit bonne ou non, là n’est pas la question, elle est différente voilà tout.

« Des populations entières montent
Chercher la vie au nord.
Et quand tout le monde y sera
On basculera par-dessus bord. »

L’écriture de Laferrière est chargée de sens malgré de courtes phrases. Chaque saut de ligne amène une nouvelle compréhension du thème, un autre angle de vue. Seul un petit problème de reliure (une cinquantaine de pages qui se détachaient à la fin du livre) a su me distraire du message visé par l’auteur. Ce sont des choses qui arrivent!

De mon côté, cet ouvrage fut enrichissant et profondément touchant. J’adore avoir le sentiment d’en avoir appris beaucoup à la suite de la lecture d’une œuvre et c’est exactement ce que j’ai ressenti avec L’énigme du retour.

L’énigme du retour
Dany Laferrière
Les éditions du Boréal (2010)
286 pages 

Les plus consultés

Suivez-nous sur Facebook